Publié par 10 commentaires

Notre maison en bois brûlé

Vous rêvez d’une maison en bois, de conception écologique et d’entretien limité ? La maison en bois brûlé est la réponse idéale à ce type de contraintes.

Maison en bois brûlé vue du sud. Bardage noir en shou sugi ban
Notre maison en bois brûlé

Nous aussi nous avions ce rêve…

Alors, nous nous sommes retroussés les manches et n’avons pas lâché notre objectif de vue. Il nous a fallu près de 2 ans entre le repérage et l’achat du terrain jusqu’à la pose de la dernière lame de bois brûlé (Shou Sugi Ban)

OUI ! Vous avez bien lu : Bois brûlé !

Vous voulez en savoir plus ? Alors, par ici la visite…

Bienvenue !

Une conception originale

Dès le début, nous avions une idée précise de l’implantation de la maison. En fait, tout part d’une de nos sculptures, le Square Garden #1.

Sculpture en bois d'if et pâte de verre polie par Sophie et Guillaume Le Penher, Titre : Square Garden #1
Square Garden #1 par Sophie et Guillaume Le Penher. If et pâte de verre polie.

Nous cherchions des volumes en équilibre, une harmonie entre les matières.

Après quelques semaines de recherches, nous avons trouvé le terrain idéal pour notre projet : 4000m2, 450 arbres (douglas, pins pectinés, châtaigniers, bouleaux, hêtres, houx, aubépines, chênes, alisiers… Je les ai tous compté !). Le terrain est situé dans un domaine boisé le long du canal de Nantes à Brest.

Feng Shui pour maison bois brûlé

Nous sommes passionnés par la Chine depuis notre premier voyage en 2009 à la rencontre des producteurs d’huile de Tung et d’orange. La culture traditionnelle nous marque un peu plus à chaque séjour. C’est donc tout naturellement que nous nous sommes tournés vers une architecte nantaise formée au Feng Shui : Maria Tavares.

Raie de lumière sur ce lion en bronze fixé sur le bardage shou sugi ban à l'entrée de notre maison en bois brûlé
Bardage Douglas bois brûlé Shou Sugi Ban

Elle a donc réalisée une étude complète puis nous a dessiné notre projet de maison en bois brûlé. Ce travail préalable nous a permis de valider l’hypothèse d’implantation Sud-Ouest. Nous nous sommes ensuite chargés de la maitrise d’ouvrage.

Une belle cathédrale de bois !

Volumes et espaces dédiés

Comme dans notre sculpture Square Garden #1, nous voulions 2 ailes séparées : une partie habitation et une partie studio créatif. Ces 2 parties sont reliées par 2 serres potagères afin d’abriter notre collection d’agrumes, de plantes rares et quelques légumes.

L’ensemble renferme en son centre un patio ouvert d’une soixantaine de m2. Ce jardin fermé est un écrin pour nos rêveries…

Sol Eco Ossature Bois
Maison ossature bois vue de dessus

Une maison en bois brûlé

Dès le début du projet, notre volonté était claire : tout le bardage serait en douglas brûlé selon la technique japonaise du Shou Sugi Ban (ou Yakisugi). Brûlage au chalumeau alimenté avec du gaz propane, huilage à l’huile de Tung pure et re-brûlage léger pour aider à la pénétration et au séchage de l’huile de Tung.

Façade sud-ouest de notre maison en bois brûlé avec la douce lumière du soleil d'automne sur le bardage shou sugi ban (yakisugi)
Façade Sud-Ouest en bois brûlé

La technique est certes un peu fastidieuse mais elle vaut vraiment l’investissement ! L’aspect esthétique a surpris un peu le voisinage et la technique du Shou Sugi Ban a suscité beaucoup de curiosité. Certains voisins et amis sont même venus nous donner un coup de main (qu’ils en soient mille fois remerciés !) et sont repartis avec de nouvelles idées !

Au départ, on aurait pu croire qu’une maison en bois brûlé soit austère et décalée par rapport à l’environnement. En fait, la maison se marie très bien dans son espace naturel. Comme elle est de plain pied, elle laisse la verticalité des arbres (30-35 mètres de haut quand même pour les douglas !) et se fond dans le sous-bois.

Façade ouest de la maison en bois brûlé. Bardage douglas Shou Sugi Ban.
Façade ouest

Le toit en tuiles plates rapporte de la stabilité à l’ensemble et assoie la structure. Pour nous, son motif ressemble à des écailles de poissons ! Cette matière est également en accord avec l’étude Feng Shui qui préconisait de la terre…

Comme un mantra

Brûler, huiler, re-brûler… Puis recommencer !

vue du patio de notre maison en bois brûlé depuis le toit en tuiles plates
Le patio qui sera bientôt fermé par la seconde serre

Nous avions près de 350m2 de bardage en douglas à brûler. J’utilise la technique du Shou Sugi Ban depuis plusieurs années cependant, je souhaitais améliorer mon procéder afin de gagner du temps. J’ai donc effectué beaucoup de tests : matériel, organisation du chantier, température extérieure, hygrométrie, humidité du bois…

Notre fille avec un chalumeau à la main brûle du bois sur le chantier de construction.
Le Shou Sugi Ban ? Un jeu d’enfant !

La seule constante a été l’huile de Tung. Je ne connais aucune autre huile qui catalyse naturellement et d’une telle durabilité dans le temps. Comme je souhaitais que la couche carbonisée ne soit pas salissante, j’ai repassé une seconde couche d’huile sur le bardage posé. Elle a séché rapidement et a fixé le noir comme je l’attendais.

En moyenne, bien concentrés et organisés, nous brûlions 6 à 7m2 par heure. Il nous a donc fallu près de 60 heures pour préparer l’ensemble du bardage de notre maison en bois brûlé.

A votre tour !

Nous sommes vraiment satisfaits du caractère particulier que le Shou Sugi Ban donne à notre maison en bois brûlé. Nous savons également que, dans le temps, nous avons fait le bon investissement : le bois brûlé dure très longtemps (plusieurs décennies) avec très peu d’entretien.

gros plan sur le bardage shou sugi ban de notre maison en bois brûlé
Bienvenue !

Nous ne pouvons que vous encourager à choisir, vous aussi, le bois brûlé Shou Sugi Ban pour vos projets de construction, d’extension ou de décoration intérieure.

Alors, à vos chalumeaux !

Angle Nord est de notre maison en bois brûlé shou sugi ban (yakisugi)
Angle nord-est

Bon chantier à tous,

Guillaume de Sol-éco

Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 réflexions au sujet de « Notre maison en bois brûlé »

  1. […] la visite de notre nouvelle maison en bois brûlé, je voulais partager avec vous mes derniers petits projets en Shou Sugi Ban… Quand la fièvre […]

  2. Bonjour et merci pour la richesse de ce site… un régal !
    Je suis en train de terminer le brûlage de mon bardage mélèze… à l’huile de lin… je vs ai trouvé trop tard:(
    Est-ce que vous pensez que je pourrai passer de l’huile de tung l’an prochain par exemple ? Juste une fine couche…?!
    Nous construisons une maison bioclimatique, écologique et passive dans la Vienne ? Avez-vous des revendeurs en magasins écologiques ?
    Merci par avance !
    Sophie

    1. Bonjour Sophie ! Merci beaucoup pour votre commentaire. J’ai hâte de voir des photos de votre maison… Vous pouvez en partager ? Quant à votre question : vous pourrez bien sûr ajouter une couche d’huile de Tung quand vous le souhaitez. Elle permettra de protéger plus durablement votre bardage en bois brûlé et fixera en même temps la partie carbonée de votre Shou Sugi Ban(plus de risque de traces noires sur les vêtements…). Avez-vous des conseils à partager avec les lecteurs de ce blog ?

  3. Bonjour,
    Je viens de découvrir votre blog. Très chouette idée cette maison avec le Shou Sugi Ban!
    Est-ce que par hasard vous sauriez si cette technique est adaptée pour une terrasse ou est-ce plutôt indiquée pour les surfaces verticales?
    Merci pour votre réponse et bonne continuation!

    1. Bonjour et merci d’avoir laissé un commentaire !
      C’est vrai que la technique du Shou Sugi Ban est surtout utilisée pour des surfaces verticales. Toutefois, certains architectes la mettent en œuvre également sur les toits des bâtiments ! Vous pouvez réaliser une terrasse avec cette méthode par contre à la différence d’un toit, vous aller marcher dessus… et donc entrainer de l’abrasion. Du coup, si vous optez pour une couche complétement carbonisée, elle sera plus friable et plus sensible à l’abrasion. Je vous recommande donc de brûler modérément vos lames de manière à les durcir sans les carboniser. Pour ce type d’application, je conseille de passer une couche d’huile de Tung pure entre 2 brûlages puis une seconde couche une fois la terrasse installée. Vous n’obtiendrez pas une longévité égale à celle du bardage mais je pense que c’est une alternative intéressante aux bois tropicaux type ipé ou coumarou. Tenez-nous au courant de votre chantier ! Je reste bien sûr à votre écoute pour vos questions et vos besoins en huile !

  4. Merci pour ces informations, je les garde précieusement.

  5. Bonjour,
    Je suis journaliste et prépare un reportage sur le bois brûlé pour le journal de TF1
    Pourriez-vous s’il vous plaît me contacter au 06….
    Merci par avance de votre réponse .
    Cordialement
    CAROL VENUAT JOURNALISTE TF1

    1. Bonjour Carol,
      Votre demande me réjouis car j’adore propager mes connaissances à propos du bois brûlé. Pour moi, c’est la meilleure façon de protéger le bois durablement et de manière écologique dans l’architecture. Les siècles l’ont prouvé au Japon, des architectes et des auto-constructeurs audacieux le prouvent à nouveau en France, en Belgique, et partout dans le monde.
      Au plaisir d’échanger ensemble prochainement !
      Guillaume de Sol-éco

  6. Bonjour,

    En septembre 2019, nous avons placé un bardage en douglas carbonisé sur la façade de notre maison. Il n’a jamais été huilé et perd de sa finition après seulement un hiver. Pensez-vous qu’il est encore temps d’appliquer une finition à l’huile de tung comme vous le préconisez? Envoyez-vous ce produit en Belgique ou connaissez-vous qlq’un qui propose ce genre de finition en Belgique? J’aimerais conserver le bel aspect bois brulé de notre bardage. Merci d’avance pour votre réponse

    1. Bonsoir Régis,
      Effectivement, le carbone est très sensible à l’érosion (pluie + vent). C’est pourquoi il est très important de gorger la couche carbonée d’huile de Tung, sous peine d’avoir rapidement une finition “brûlée-brossée”. Il est encore temps de passer au moins une couche d’huile de Tung pure. La consommation à prévoir est d’environ 8 à 10m2 par litre (en fonction de l’épaisseur de la couche et de l’application). J’expédie l’huile sans problème en Belgique où j’ai déjà pas mal de clients. Je viens d’ailleurs d’en interroger un hier soir pour le prochain article (très complet) du blog sur le thème : “Comment protéger le bois à l’extérieur”…
      A votre écoute,
      Guillaume de Sol-éco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.