Huiler et protéger le bois

Vos 6 questions fréquentes sur l’huile de Tung

loupe d'enfant sur parquet chêne, questions fréquentes sur l'huile de Tung

L’huile de Tung (prononcez “tongue”) gagne en popularité en ce moment. Je reçois de plus en plus de questions par mail, par téléphone ou en commentaires sur son utilisation, son origine ou ses propriétés. Pour que tout le monde puisse bénéficier de mes réponses, j’ajoute souvent manuellement ces échanges dans la faq. J’ai déjà fait un long article sur l’huile de Tung, mais je me rends compte qu’il est plus généraliste, botanique et historique. J’ai donc décidé aujourd’hui de répondre aux 6 questions les plus fréquentes que vous vous posez sur l’huile de Tung.

  • Est-ce que l’huile de Tung teinte le bois ?
  • Quel rendu final vais-je obtenir ?
  • Comment appliquer l’huile de Tung ?
  • Combien de couches dois-je passer ?
  • Quel est le temps de séchage de l’huile de Tung ?
  • Comment calculer ma consommation d’huile ?

Je réponds à chacune de ces questions sur l’huile de Tung dans la suite de cet article et également dans la vidéo ci-dessous publiée sur la chaine YouTube de Sol-éco. Abonnez-vous à la chaine dès maintenant pour être prévenu en premier lors de la mise en ligne de la prochaine vidéo 😉

Abonnez-vous !

1/ Est-ce que l’huile de Tung teinte le bois ?

C’est une des questions sur l’huile de Tung qui revient le plus souvent. J’en suis toujours étonné car pour moi, chaque pièce de bois a sa propre teinte, densité et son propre grain issu de son histoire (sol, accès à l’eau et à la lumière…). J’aime cette diversité au sein d’une même essence.

L’huile est d’une couleur ambrée. Si on en mettait l’épaisseur d’un vernis, cela donnerait certainement une teinte un peu caramel au bois. Comme l’huile doit être appliquée dans la majeure partie des cas avec parcimonie, elle ne fonce pas le bois. Il y a quand même quelques nuances à apporter. Tout d’abord, les bois clair (pin, bouleau, peuplier, érable…) ont tendance naturellement à jaunir sous l’effet des UV. Qu’ils soient vernis ou huilés, rien arrête dans le temps la puissance de ces rayonnements.

Regardez la vidéo pour comparer le résultat du huilage sur des échantillons de chêne, de bouleau, de pin et de bambou.

Dans le cas où vous souhaitez obtenir une teinte particulière, faites la teinte sur le bois brut puis huilez. Dans tous les cas, assurez-vous d’avoir assez de teinte pour l’ensemble de votre surface. C’est comme le carrelage, selon, les lots le résultat peut être différent. Procédez toujours à un essai de teinte sur une chute ou à un endroit peu visible.

Je vous propose désormais des teintes professionnelles à l’eau pour vos projets. Vous retrouverez dans la boutique les tons bois “classiques” de l’ébénisterie : Chêne clair, chêne foncé, acajou foncé et noyer. En complément, je vous propose également de la teinte noir, grise ainsi que quelques couleurs vraiment sympa pour mettre de la gaieté dans votre intérieur : Teinte à bois jaune, orange, rouge et un magnifique bleu !

2/ Quel rendu final vais-je obtenir ?

Vous souhaitez garder la teinte naturelle de votre bois (parquet, meuble, plan de travail…) ? Vous vous demandez quelle couleur va t’il prendre après huilage ? Comme vous me posez souvent cette question par rapport à l’huile de Tung, je vous propose ma petite astuce…

Vous pouvez facilement faire un test simple chez vous, directement sur votre bois. Prenez une éponge humide et passez-la sur votre surface. La couleur obtenue sera très proche du résultat du huilage. Je ne prends pas en compte l’éventuel jaunissement futur (bois clairs) liés aux UV car cela dépend de beaucoup de facteurs (exposition, lumière, volets ou pas…). Pensez bien à reponcer votre surface test après séchage car l’eau aura relevé les pores du bois et rendu la surface rugueuse.

Regardez la vidéo pour comparer le résultat du mouillage par rapport au huilage sur des échantillons de chêne, de bouleau, de pin et de bambou.

La finition huilée est mat voire très légèrement satinée. Le rendu final dépend aussi du grain et de la densité du bois ainsi que du ponçage. Par exemple, si vous finissez votre plan de travail au grain de 180 ou de 320, votre résultat sera différent. Plus vous polissez votre bois plus douce et soyeuse sera la finition.

3/ Comment appliquer l’huile de Tung ?

Tout dépend de la taille de votre projet ! Si vous avez un petit objet en bois à protéger ou 200m2 de bardage en Shou Sugi Ban à huiler, ce n’est évidemment pas le même chantier. Un autre facteur est le relief éventuel de votre surface.

  • Si vous avez des parties sculptées, creuses ou difficiles d’accès, je vous recommande d’utiliser un pinceau ou une brosse large.
  • Pour une surface lisse type plan de travail bien poncé, dessus de meuble, j’utilise un chiffon en coton pour déposer des couches fines qui durcissent plus vite et ne prennent pas la poussière en séchant.
  • Pour des projets plus grands type parquets en bois massif ou bardages sans profils, vous pouvez utiliser un rouleau ou un spalter large.

Dans tous les cas en intérieur, pensez à ré-essuyer au chiffon la couche d’huile pour éviter les surplus.

4/ Combien de couches d’huile de Tung dois-je appliquer ?

Généralement 2 couches suffisent pour bien protéger votre support. Dans certains cas plus extrêmes comme la protection du bois en extérieur, vous pouvez passer une troisième couche pour augmenter la longévité. Comme l’huile de Tung que je vous propose est naturelle et non catalysée (ben oui ! Elle sèche naturellement contrairement à l’huile de lin…), vous pouvez reprendre facilement et sans trace le huilage de zones plus sollicitées. Ce n’est pas possible avec les huiles dures danoise très catalysées (et donc instables et facilement auto-inflammables).

Si vous appliquez votre huile au chiffon, vous pouvez le conservez quelque temps (pas plus de 15 à 21 jours, après il durcit) dans un pot en verre pour ralentir son séchage. Le fait que mon huile ne soit pas catalysée la rend moins dangereuse que les huiles modifiées. Les chiffons ne chauffent pas à cause de la réaction chimique entrainée par le catalyseur. Des ateliers et des garages ont déjà brûlé à cause d’huiles catalysées et de chiffons qui prennent feu ! Faites très attention si vous faites vos propres tambouilles en mélangeant différents produits. Je ne le vous recommande clairement pas et vous conseille d’utiliser mes huiles telles quelles.

Les pinceaux et les brosses peuvent être nettoyés à l’huile d’orange dans un pot en verre que vous refermez après usage pour conserver votre huile d’orange et la réutiliser. L’huile d’orange garde les poils des pinceaux et spalter soyeux, contrairement à l’acétone qui les sèche.

5/ Quel est le temps de séchage de l’huile de Tung ?

Généralement, j’ai tendance à dire que c’est comme le béton : sec à cœur en 21 jours. Ne vous inquiétez pas, cela ne veut pas dire que votre pièce est condamnée pendant 3 semaines et que vous ne pourrez pas marcher sur votre parquet d’ici là ! En fait, le secret c’est de faire des couches fines pour qu’elles sèchent plus vite. En effet, le séchage de l’huile se fait par oxydation au contact de l’air.

L’avantage par rapport à un vernis, une lasure ou un vitrificateur, c’est que vous pouvez quand même circuler ou utiliser votre surface rapidement. Quand j’ai commencé à utiliser l’huile de Tung pour mes meubles, un des premiers avantages était que je pouvais faire les livraisons dès le lendemain du huilage. Avec un vernis, il fallait que j’attende plusieurs jours afin qu’il soit dur et que les solvants principaux soient évaporés (dans l’air de mon atelier 😉 ). C’est pas très vendeur d’arriver avec une belle table de repas en érable massif qui empeste les solvants !

Généralement l’huile est sèche au toucher en quelques jours mais vous pouvez utiliser votre meuble ou circuler sur votre sol rapidement sans endommager la finition.

6/ Comment calculer ma consommation d’huile ?

Voici une autre question sur l’utilisation de l’huile de Tung très fréquente car elle détermine votre quantité à commander. En utilisant de l’huile de Tung pure ou simplement affinée à 10% d’huile d’orange (comme avec l’huile Haute Protection de la boutique) , vous bénéficiez de toutes ses qualités protectrices. Aucun produit de grandes surfaces de bricolage ne garantit cette teneur en huile.

Il faut savoir que la première couche “boit” plus que la seconde car votre support brut doit être imprégné. La consommation varie selon les essences (plus ou moins poreuses) et suivant la manière dont vous “tirez” le film d’huile.

En moyenne, avec 1 litre, vous couvrez 12 à 15m2 pour la première couche en intérieur. La seconde est moins gourmande et vous permet de couvrir 15 à 20m2.

A l’extérieur, on garde des couches plus grasses (sans pour autant tartiner le support !). La consommation est donc supérieure. Comptez 8 à 12m2 avec 1 litre pour être tranquille. 8m2 par litre, c’est plutôt le rendement constaté pour un Shou Sugi Ban avec une couche carbonée très épaisse et qu’on souhaite gorger d’huile pour la rendre plus durable et plus propre. Donc si vous avez du mobilier à protéger, tablez sur 10-12m2 par litre d’huile de Tung. Dans tous ces cas, préférez l’huile pure Tung (sans huile d’orange).

7/ Vous avez d’autres questions sur l’huile de Tung ?…

Avec cet article, j’espère avoir répondu assez clairement à vos questions les plus fréquentes sur l’huile de Tung. Je souhaite aussi vous avoir donné envie d’utiliser cette huile naturelle pour protéger vos bois en intérieur comme en extérieur. Elle est facile d’utilisation et extrêmement efficace, parole de professionnel 😉

Et s’il vous reste encore des questions sur cette huile de Tung, posez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir !

Bon chantiers !

Guillaume de Sol-éco

27 thoughts on “Vos 6 questions fréquentes sur l’huile de Tung

  1. JACQUES AMBLARD dit :

    Bonjour,
    J’ai utilisé de l’huile de tung sur un échiquier et les pions avec le dessous en cuir on légèrement collés ce qui a laissé des marques.(les pions sont restés a la même place environ 1 mois)
    Ma question est: comment effacer ces marques? Et comment éviter que cela se reproduise?
    Merci de votre réponse.
    Cordialement

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonjour Mr Amblard,
      Il semble que votre huile n’était pas suffisamment sèche (catalysé) lorsque vous avez stocké vos pièces dessus. Du coup en séchant l’huile a collé au cuir. En général, pour les applications intérieures je recommande plutôt l’huile Haute Protection (Tung + 10% d’orange) car elle est plus fluide et sent bon l’agrume frais. Pour remédier facilement à ce souci, 2 possibilités :
      > Soit l’huile est maintenant bien sèche : passez un petit coup de laine d’acier pour égaliser les marques puis repasser un peu d’huile à l’aide d’un chiffon.
      > Soit l’huile n’est pas encore complètement sèche : passer juste un coup de chiffon imbibé sur l’ensemble de votre échiquier.
      Dans tous les cas, attendez le séchage complet avant de remettre vos pièces à poste dessus. Cela ne vous empêche pas de jouer entre temps 😉
      Tenez-nous au courant de la suite !

      1. Amblard dit :

        Echiquier suite ,
        Merci beaucoup pour votre réponse, je vous tiendrai au courant mais pas de suite car l’echiquier est chez mon petit fils.

  2. Villa dit :

    Bonjour.
    Merci pour votre partage de connaissances et votre démarche. Très intéressante cette huile de “Tongue”. Seul hic sa provenance lointaine…
    Mais comparativement on ne connait rien de la composition, encore moins de la provenance des composants des autres “huiles en phase aqueuses” écologiques présente sur le marché !!
    Ah et j’oubliais, que la totalité de mon matos qui m’a permis de couper, visser, poncer… mon parquet (en bois local OUF !!!) provient certainement du même continent que l’huile. ça permet de relativiser un peu !!!

    Bref mes questions,
    – Combien de temps cette huile est elle conservable dans son bidon une fois entamé ?

    – J’ai bien lu que vous parler de retouche possible en entretien de la protection initiale mais avec du recul, à quel rythme (en moyenne) faut il re-huiler un parquet de chambre par exemple, une menuiserie extérieure exposé aux UV.

    – Et tant que j’y suis (j’ai pas vu ou poser la question dans la FAQ) au sujet des bois clairs ( pin, peuplier,) et le jaunissement aux UV, savez vous si ce phénomène existe il lorsque il n’y a pas de rayonnement solaire direct ( ex : pièce dont la fenêtre de toit est exposé au Nord?

    Merci pour vos réponses.
    Cordialement
    Guilhem

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonjour Guilhem
      Je partage tout à fait vos observations ! Je travaille d’ailleurs aussi à la diversification de mes sources d’approvisionnement pour moins dépendre de l’Empire du Milieu. Pour les autres huiles, que j’ai bien sûr étudié en détail en 2009-2010 quand j’ai fait mes recherches pour sortir du vernis, c’est vrai que le flou sur certaine composition incite à la prudence. Les produits en phase aqueuse ne sont pas non plus des modèles d’écologie. Disperser de l’acrylique dans l’eau plutôt que dans un solvant est une évolution mais pas un aboutissement.
      Quant à “l’usine du monde”, nous pouvons que s’en prendre à nous-même d’acheter des outils pas chers fabriqués à la va-vite. Et je ne vais pas vous jeter la pierre puisque j’ai également participé à cette gabegie :/ très récemment en achetant une scie plongeante bas de gamme dont le moteur vient de cramer ce week-end sur une planche de douglas frais… Finalement j’ai repris mon égoine pour finir mon bac de plantation pour ma serre… Le coût écologique de ce genre de choix est désastreux, c’est vrai. Je tiquais quand même à l’idée de devoir mettre presque 4 fois le prix chez Festool…
      Bon répondons à vos questions !
      1/ L’huile se conserve plusieurs années dans un récipient avec le moins d’air possible. Au besoin, il faut transvaser dans un autre récipient… Et bien essuyer le pas de vis pour pouvoir ouvrir longtemps après.
      2/ Il y a un vrai complot mondial des UV : Ils sont partout ! Même la nuit ! Bien sûr en plus faible quantité dans une pièce avec une fenêtre de toit exposée nord que derrière une baie plein sud à Monaco ou Carnac 🙂
      Tout est une question de temps…
      Au plaisir,
      Guillaume

  3. Claire Girard dit :

    Bonjour
    J’ai cherché partout la réponse à ma question à travers toutes vos explications mais ne la trouve pas . Excusez moi d’avance de vous faire répèter. Quand faut-il passer la 2ème couche ? Faut-il attendre un séchage complet ou au contraire ( comme certains produits) l’appliquer avant séchage total. Même si le séchage dépend de l’hydrométrie de l’air, quel laps mini et maxi ?
    Merci de votre réponse

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonjour Claire,
      Voici comment je procède :
      1/ application en couche fine (pinceau ou chiffon),
      2/ essuyage une heure après pour égaliser la couche et absorber les surplus d’huile
      3/ une nuit après j’applique la seconde couche
      4/ essuyage final
      5/ ventilation pour accélérer la siccativation de l’huile.

      L’huile de Tung prend son temps pour durcir ! Il faut compter environ 7 jours suivant les conditions pour un séchage en surface. Un “séchage” complet prend le même temps qu’un béton ou un vernis : 21 jours. Mes huiles ne sont pas catalysées chimiquement. Elles sont donc plus stables et les chiffons ne s’auto-enflamme pas comme avec l’huile de lin. Après, il est toujours recommandé de mettre ses chiffons dans un pot en verre fermé pour pouvoir les réutiliser plus longtemps.
      Ai-je complétement répondu à votre question ?

  4. Amblard dit :

    Bonjour,
    J’apprécie beaucoup l’huile de tung sur mes objets de tournage sur bois,mais est elle alimentaire?
    Pour un bol j’ai utilisé de l’huile de colza c’est pas mal mais je préférerais l’huile de tung .qu’en pensez vous?
    Cordialement.
    jacques Amblard

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonjour Jacques,
      Pour qu’une huile protège correctement, il faut qu’elle soit siccative. Son indice d’iode doit être supérieur à 115. L’huile de colza se situe entre 94 et 120 ce qui est un peu incertain.L’huile de Tung est entre 160 et 175, elle siccative donc mieux. L’huile de Tung sous sa forme liquide n’est pas comestible. D’ailleurs, aucune partie de l’arbre ne l’est (feuille, fleurs, noix). Elle cause chaque année des intoxications en Asie car certaines personnes confondent les fruits avec des châtaignes. Heureusement, l’intoxication se soigne bien. Une fois siccativée (“sèche”), l’huile a une toute autre structure biochimique. Cette composition est stable et ne présente pas de danger pour la santé. Certains tourneurs au Canada ou ailleurs l’utilisent donc pour protéger bols et saladiers. Il faut simplement attendre le séchage complet avant utilisation, l’odeur est alors neutre et il n’y a plus de risque de transfert de goût. Par précaution et pour un résultat optimal, il convient de travailler avec des couches fines. Jamais de badigeonnage façon époxy 😉

  5. Amblard dit :

    Merci pour ces précisions et pour la réponse ulta rapide.
    Bon dimanche.
    Jacques

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Avec plaisir !
      Guillaume

  6. wurmser dit :

    Bonjour,
    Je souhaite protéger une table de cuisine, et l’huile de tung me tente bien!
    La table a été poncée et le plateau ( en pin, me semble-t’il puisqu’il est très clair) présente des imperfections…que je pense ”corriger” en appliquant avant du brou de noix, dilué à l’eau car je ne veux pas une finition trop foncée !…..
    Les 2 produits sont-ils compatibles?
    Cordialement
    Valérie

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonjour Valérie
      Oui le brou de noix et l’huile de Tung sont compatibles. Je vous conseille plutôt l’huile Haute Protection qui contient 10% d’huile d’orange. Cela rend l’huile plus facile à appliquer (plus fluide) et en plus ça sent bon 🙂
      Pour votre teinte, personnellement je ne suis pas un grand fan du brou de noix que je trouve vraiment trop sombre. Faites un essai dessous au préalable et prévoyez assez de mélange pour faire l’ensemble de votre table. Je propose aussi des teintes à l’eau en 1/4 de litre dont les tons pourraient vous convenir.
      Un conseil : si vous optez tout de même pour le brou de noix, laissez bien sécher votre table (au moins 24h) avant de passer votre huile en 2 couches fines (essuyage au chiffon coton une heure après application pour égaliser la surface).

      1. valerie dit :

        Merci pour votre réponse et vos conseils, que je vais suivre!

        1. Guillaume Le Penher dit :

          Avec plaisir et merci pour votre commande ce midi. Je viens de préparer votre colis 😉

  7. Durey dit :

    Bonjour
    Tout d’abord je vous remercie pour ces très interessantes informations sur l’huile tung
    Ma question concerne le traitement d’un parquet dans une salle de bain. Mo fils vient d’acquérir une vieille maison et projette de créer une salle de bain à l’étage avec douche, labo et WC. Au sol il y a du parquet, soit nous le retirons pour y faire une dalle puis poser du carrelage, soit nous traitons le parquet. J’ai lu dans d’autres posts sur internet que l’on pouvait utiliser l’huile de tong.
    Qu’en pensez-vous ?
    Merci d’avance pour votre réponse et vos conseils

    Christian

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonjour Christian,
      Oui l’huile de tung est adaptée pour les salle de bain. Après il faut quand même veiller à ne pas laisser de l’eau stagner en permanence en sortie de douche par exemple 😉
      Vous aurez BEAUCOUP moins de travail et économiserez de l’argent en conservant ce parquet ancien qui stocke du carbone depuis un bon moment !

      1. Durey dit :

        Merci Guillaume
        Effectivement j’ai tout à gagner à conserver le parquet.
        Je pense que 2 couches d’huile de tung seront suffisantes.

        1. Guillaume Le Penher dit :

          C’est ça ! 2 couches !

  8. Pierre Guerra. dit :

    bonjour
    Je suis tourneur de bois et je voudrais savoir si je peu utiliser cette huile sur des pièces destinées à l alimentation, et en particulier sur de l olivier
    Merci d’avance

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonsoir Pierre
      Comme je le dis souvent l’huile de tung n’est pas comestible mais elle convient pour le contact alimentaire sauf pour les intolérants sévères aux fruits à coques. La noix de tung est un fruit à coque…
      L’huile de tung pure est souvent utilisée pour l’entretien des billots et des planches à découper notamment. Donc OK pour les bols en olivier. Où êtes-vous situé ? J’adore l’olivier 🙂

  9. Lesage dit :

    Bonjour, Guillaume,
    Je souhaiterais protéger mon plancher en châtaignier avec cette huile.
    A quel rythme faudrait-il renouveler l’application disons pour des pièces de vie : 1 fois par an?
    Merci d’avance,
    Murielle.

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonjour Murielle,
      En passant 2 à 3 couches fines + un essuyage au chiffon coton entre chaque, votre parquet est correctement protégé pour un bon moment. En laissant vos chaussures à l’entrée vous limiterez au maximum l’abrasion et donc l’entretien. La couche d’huile résiste mieux dans le temps que la cire, en plus de mieux protéger le parquet. Du coup, vous n’aurez probablement pas à repasser de l’huile chaque année. De plus, vous pouvez simplement repasser au chiffon imbibé seulement là où c’est nécessaire. Ce qui limite le travail et le coût 😉

  10. Hidalgo Robert dit :

    Bonjour j’ai une table de salle à manger en orme massif qui a été huilée a l’huile de teck depuis plusieures années mais la moindre goutte d’eau qui reste quelques minutes laisse une trace mate.
    Je pensais à votre huile haute protection mais que me suggérez vous comme préparation de la surface avant d’appliquer votre produit qu je m’empresserai de commander.
    Merci pour votre réponse
    Cordialement

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonjour Robert,
      L’huile de Teck est heureusement interdite depuis longtemps mais nous avons gardé l’habitude de parler en ces termes “d’huile pour teck”. Il s’agit bien souvent d’un assemblage d’huiles diverses et de solvant. La composition n’est pas toujours de qualité suivant les marques. La trace mate peut provenir de différents facteurs : eau calcaire qui sèche sur la table ou bien une pénétration à travers la barrière grasse de l’huile. dans ce second cas, cela signifie que l’hydrophobie de l’huile n’est pas/plus efficace. J’utilise mon huile haute protection depuis plus de 10 ans sur mes plans de travail en bambou, en hêtre ou en chêne. Le bois est correctement protégé et si je constate une trace de calcaire, je repasse juste sur cet endroit un coup de chiffon légèrement imbibé d’huile pour le lustrer.

  11. Elsa dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord merci pour ce billet bien utile !
    Je voudrais appliquer de l’huile de tung sur mon parquet. Celui-ci est pas mal abîmé (tâches, rayures), et je me demande dans quel ordre procéder. Je voudrais teinter les rayures, et me demandais s’il fallait que je le fasse avant ou après l’application de l’huile ? Par ailleurs, le parquet a des couleurs bien différentes selon les endroits (irrégularité de décirage et ponçage), et je me demandais si l’huile pouvait uniformiser tout ça ?
    Merci !

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonjour Elsa,

      1/ Préparation de votre parquet : il doit être vraiment bien poncé (120) et dépoussiéré, sans aucun résidu de cire ou autres finitions antérieures. Dans le cas contraire, vous risquez d’avoir des auréoles. En ponçant, vous allez éliminer ou réduire la plupart des rayures et des tâches.
      2/ Teinter : la teinte se fait avant le huilage sur un support propre et dépoussiéré. Faire un essai au préalable pour être sûr du résultat. Prévoir assez de teinte du même lot pour avoir un ton uniforme sur toute la surface.
      3/ L’huile ne va pas “cacher” les défauts. Elle peut au contraire faire ressortir une rayure (elle parait plus foncée). Les vieilles tâches peuvent être atténuées suivant leur coloration.

      Bien cordialement,
      Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.