Huiler et protéger le bois

Comment protéger mon parquet massif ?

Comment protéger mon parquet en bois massif ?

Chaque semaine  je reçois des message pour me demander quel type de finition appliquer pour protéger un parquet massif en chêne ou en pin. A quelle fréquence doit-on l’entretenir ? Avec quels produits ? J’adore vous répondre personnellement mais je me suis dit que ce serait quand même plus profitable pour tous de compiler mes réponse dans un article complet. Je vais d’ailleurs être très transparent et parler d’autres types de protection, comme la vitrification, que je n’aime pas particulièrement. Nous aborderons aussi les combinaisons huile+cire et la question de la densité de teinte que l’huile apporte au bois. A ce propos, je vous dévoilerai en fin d’article mes dernières recherches en collaboration avec un spécialiste des pigments…

Le parquet : un revêtement de sol chic et chaleureux

Comme moi, vous aimez certainement le parquet… Un parquet rend l’espace plus chaleureux. Avant d’en profiter, vous devez faire votre choix parmi les différentes essences de bois (exotiques, feuillus, résineux), la composition (massif ou contrecollé) et le type de pose de votre parquet (collé, cloué sur lambourde ou flottant). A moins que vous ne soyez en train de rénover un parquet ancien.

Pin, chêne, châtaigniers (pour éloigner les araignées paraît-il…), noyer (la classe !) et maintenant bambou. Avec les parquets massifs, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Je ne parle pas ici de teck ou de merbau à proscrire car la traçabilité et la durabilité de la ressource restent souvent trop incertaines.

Un beau parquet valorise votre maison ou votre appartement. Bien entretenu, le parquet massif est un revêtement durable et écologique. Dans tout les cas, voici LA QUESTION EXISTENTIELLE qui revient sans cesse :

« Comment protéger mon parquet massif ? Avec de l’huile, de la cire ou un vitrificateur ?… »

Les parquets anciens cirés

Petit retour en arrière…

Je me souviens de mon enfance où l’on « patinait » le dimanche avec de la paille de fer sur le parquet « petits bois » en châtaignier du salon… Ensuite, mon père passait de la cire liquide dont l’odeur de térébenthine se répandait dans la maison. Puis, deuxième séance de patinage avec un vieux pull de laine cette fois !

Vous aussi, vous avez connu cela chez vos parents ou vos grands-parents ?… Le grand avantage de cette technique un peu désuète résidait dans la possibilité de gratter la surface ponctuellement ou totalement afin d’enlever une tâche, un coup ou une griffure.

Par contre, la glissance était élevée. Cela permettait de belles figures acrobatiques avec les chaussons en feutre… et des rétablissements douloureux dans les escaliers ! Mes gencives se souviennent encore des échardes de sapelli enlevées une à une par le dentiste. Ouille !

Si vous rénovez ce type de parquet, vous devrez le poncez soigneusement avant de pouvoir appliquer une nouvelle finition.

Aujourd’hui, fini la cire ! Sauf peut-être dans les châteaux et chez mamie (n’oubliez pas les patins ;)). Les 2 techniques les plus populaires (et efficaces) pour protéger son parquet massif sont le huilage et la vitrification.

La vitrification du parquet : avantages et inconvénients

Commençons par la vitrification. Il en existe 2 types :

  • La vitrification d’usine
  • La vitrification que vous faites chez vous

Cette protection de surface est plus dure que le vernis. C’est un produit à base de solvants en phase aqueuse. Dans le cas d’une vitrification d’usine, le seul choix que vous aurez éventuellement est le niveau de gloss (de brillance) de votre finition. Le niveau de brillance est régit par la norme NF EN ISO 2813. Comme toutes les normes bien faites, il faut débourser plusieurs dizaines d’euros pour avoir l’honneur de déchiffrer le texte officiel… Alors oublions-le !

La vitrification d’usine

Suivant les fabricants, votre vitrification pourra aller du mat au brillant extrême (plus rare de nos jours). Vous sentirez une bonne différence de prix par rapport à un parquet brut et c’est logique. Le grand avantage de ce choix est la rapidité et la facilité de mise en œuvre. Votre parquet est circulable 24 heures après la pose (suivant le type de colle utilisé). Par contre, malgré des produits de plus en plus performants en terme de résistance à l’abrasion, un parquet vitrifié reste fragile.

Les parquets contrecollés (avec une couche d’usure en massif et 1 ou 2 couches en fibre ou panneau) sont généralement vendus vitrifiés. Ils ne sont pas recommandés pour les pièces humides ou à fort passage.

Parquet bambou massif vitrifié en usine

La vitrification après pose

Vous pouvez décider d’acheter un parquet brut, moins cher, et le vitrifier vous-même. Dans ce cas, après la pose de votre parquet (collé ou cloué), vous devrez poncer à la bande ou à la ponceuse de parquet l’ensemble de votre surface. Attention, si vous utilisez une grosse ponceuse à parquet de location :

  • Poncez dans le sens des fibres (sauf en cas de ponceuse circulaire ou excentrique)
  • Descendez progressivement en grain (par exemple 80, 150 voire 180)
  • finissez les angles et recoins soit à la main, soit avec une ponceuse à main type “orbitale”.
  • aspirez soigneusement avant de vitrifier

Appliquez ensuite le vitrificateur en suivant les recommandations du fabricant. C’est un travail long et fastidieux mais le résultat est flatteur.

Au bout de quelques années, si l’on n’en prend pas assez soin, il faut recommencer le processus : ponçage au 150 puis 240, dépoussiérage, vitrification. Et si jamais le procédé vous ennuie, vous pouvez alors opter pour une solution plus souple… Le huilage !

L’huile de tung pour protéger mon parquet massif

Si vous avez déjà lu d’autres articles de ce blog (comme par exemple celui sur l’huile de Tung) vous avez déjà compris que je suis très attaché aux solutions naturelles et efficaces ! Vous aussi probablement et c’est la raison pour laquelle vous êtes encore là !

Comme dans la vitrification, vous avez 2 possibilités. Soit vous achetez votre parquet déjà huilé, soit vous le faites vous-même. Dans le cas d’un parquet huilé en usine, vous n’aurez pas le choix du type d’huile utilisé par le fabricant. Il s’agit généralement d’huile dure à base d’huile de lin préoxydée et de divers produits pétroliers. Vous obtiendrez une surface légèrement satinée et plutôt agréable. Par contre, ce type de protection n’est pas toujours bien naturel. De mon point de vue (forcément subjectif !), certains de ces produits tiennent plus de la tambouille de chimiste que du produit naturel. Ils représentent tout ce que j’ai fuis en créant Sol-éco. La complexité de leur formulation est issue de la recherche de marges commerciales. Attention, je ne dis pas que ces huiles ne sont pas efficaces mais je préfère une autre solution ! Si vous cherchez un produit naturel pour protéger votre parquet massif continuez plutôt votre lecture…

bidon d'huile haute protection pour bois 5 litres

Oubliez donc les huiles dures (danoises et autres) et optez pour une véritable protection écologique à base d’huile de tung pure, première pression à froid (comme l’huile d’olive !). L’huile de tung (ou huile d’abrasin pour “nos cousins de la fesse gauche” du Québec) protège durablement le bois et donc votre parquet. En effet cette huile issue d’une graine siccative naturellement. Elle sèche tout en laissant respirer le support, un peu comme un tissu Gore-tex. Un autre avantage de cette huile pour protéger votre parquet est sa facilité de reprise. En cas de tâche ponctuelle ou de griffure, vous pouvez revenir au bois brut facilement. Vous pouvez alors huiler à nouveau sans craindre une différence de teinte contrairement aux huiles dures.

Astuce : rendre un parquet huilé plus satiné

Dans certains cas, on souhaite combiner le meilleur des 2 mondes : une protection optimale (hydrophobe, résistance aux tâches et aux produits basiques et acides, usure réduite, tenue dans le temps, reprise facile…) ET un peu de brillance.

A mon sens, ni la vitrification ni l’huile ne répondent totalement à ce cahier des charges. Pourtant il existe une astuce pour protéger mon parquet naturellement et durablement ! En combinant 2 produits naturels…

Généralement, on ne mélange pas les familles de produits : huile, cire, vernis pétroliers. Un exemple : on ne peut pas huiler un parquet ciré. Par contre vous pouvez commencer par imprégner un parquet neuf ou ancien avec de l’huile sur le bois brut en 2 couches. Suivez pour cela la procédure que je vous décris juste après.

Quelques jours après (au moins une dizaine), vous allez passer de la cire dure végétale (type cire de carnauba) sur votre parquet et la lustrer. Vous obtiendrez ainsi une surface plus brillante tout en bénéficiant de la protection supérieure apporté par l’huile de tung. L’entretien se fera alors uniquement à la cire. L’aspect sera un peu plus rustique avec cette finition “esprit antiquaire”…

Je déconseille l’usage de produits 2-en-1 type “huile-cire”. Ces produits sont souvent chers et moins efficace que la technique que je viens de vous donner. c’est comme laisser croire qu’un voiture hybride est plus écolo avec 2 moteurs et 2 énergies différentes…

Comment huiler et protéger votre parquet ?

La préparation de votre parquet est toujours primordiale quelque soit le type de finition pour lequel vous optez. Dans le cas du huilage avec l’huile Sol-éco, vous pouvez arrêter votre ponçage au grain de 150 ou 180. Dépoussiérez soigneusement votre parquet. Commencez à huiler du fond de votre pièce vers l’entrée. Pour appliquer l’huile, en fonction de la taille de votre surface je vous conseille plusieurs techniques.

  • Vous pouvez utiliser un spalter large ou un rouleau microfibre (pas de poils qui collent dans l’huile) pour la première couche. Vous gagnerez du temps pour imprégner votre parquet mais il y a une chose à respecter IMPÉRATIVEMENT : appliquez TOUJOURS l’huile en couche fine. Soyez radin ! Ce n’est pas une vitrification ! Essuyez soigneusement tout le surplus d’huile après 20 ou 30mn avec un chiffon de coton. N’essayez pas de saturer le bois à la première passe. Procédez par petites surfaces en tirant l’huile au maximum avec votre spalter ou votre rouleau. Si vous ne respectez pas cette règle, l’huile ne sèchera mal, fixera les poussières en suspension et vous consommerez trop de produit. Cette méthode est valable pour la première couche, passez la suivante au chiffon.
  • Vous pouvez également passer vos 2 ou 3 couches à l’aide d’un chiffon de coton ou un vieux T-shirt. Faites couler un peu d’huile Haute Protection Sol-éco sur votre parquet puis étalez-là en faisant des mouvements circulaires. C’est un peu plus long mais vous ne risquez pas d’avoir une mauvaise surprise à la fin. Souvenez-vous : tirez bien le film d’huile. Laissez pénétrer 24 heures avant de passer la seconde couche selon le même procédé.
  • Comme les autres produits, l’huile est sensible à l’hygrométrie et à la température. Trop froid (en dessous de 10°C) ? Trop humide (il pleut des cordes dehors) ? Alors il est plus sage de remettre votre travail à des jours meilleurs !
  • Pour savoir si votre parquet est protégé correctement, vous pouvez laisser tomber une petite goutte d’eau dessus. Si la goutte s’écrase et pénètre le bois, repassez une couche (vous pouvez diluer cette couche avec 5% d’huile d’orange). Si la goutte reste en perle, votre huilage est efficace.
  • Avant de remettre le parquet en service, il est conseillé d’attendre au moins 48 heures. Si vous ne pouvez patienter (c’est souvent mon cas !), divisez votre espace en 2. Vous huilerez la seconde partie lorsque la première est circulable.

Je compare souvent le temps de séchage complet de l’huile à une chape en béton. On dit qu’une chape met 3 semaines pour être sèche à cœur. Il en va de même pour l’huile. Toutefois, vous pouvez quand même vivre dans votre pièce avant l’expiration de ce délai !

proytéger mon parquet en chêne massif avec de l'huile de tung haute protection Sol-éco

Parquet en chêne massif protégé avec l’huile Sol-éco

Est-ce que l’huile fonce le bois de mon parquet ?

Encore une question récurrente !

OUI ! L’huile de tung pure ou l’huile Haute Protection renforce la teinte du bois. En fait, prenons les choses sous un autre angle…

Le bois brut est comme une peau sèche : il est plus clair. L’huile va le nourrir et révéler sa vraie nature. Un diamant brut n’est si intéressant qu’une fois taillé, lorsqu’il révèle ses qualités optiques. Bon, après, les diamants sont mieux dans les entrailles de la terre mais c’est un autre débat…

Les bois clairs sont les plus affectés par la modification de teinte. Le wengé ne change pas de couleur au huilage.

On me parle souvent de produits sur le marché qui donne un “effet brut” au bois. Ces produits réduisent “l’effet mouillé”. Ils agissent comme une crème solaire en blanchissant la surface. 2 types d’effets peuvent être utilisés pour obtenir ce résultat :

  • L’effet azurant
  • L’effet blanchissant

L’effet azurant

Vous vous souvenez des pubs de lessive ?

_ “Lave + blanc que blanc !”…

Voici ce que Coluche en disait :

Plus blanc que blanc, ben… C’est transparent !

Là on est dans le trompe l’œil car c’est un effet d’optique ! On ajoute une substance chimique bleue qui donne l’impression que la surface est plus blanche… Machiavélique !

Je ne crois pas que ce procédé soit utilisé pour les produits de finition du bois. Par contre le suivant l’est…

L’effet blanchissant

Je parlais de crème solaire à l’instant car c’est le même additif qui est incriminé. Son nom de scène ?

_ E 171 !

Vous l’avez reconnu ? C’est une super star : le dioxyde de Titane (ou Titanium Dioxyde pour les initiés). Le dioxyde de titane est un agent blanchissant encore très utilisé dans les cosmétiques, l’alimentation et… dans l’huile pour parquet.

La France l’a banni dans l’alimentation mais il est encore très présent en nanoparticules ou macro. Selon l’association professionnelle des producteurs de dioxyde de titane, il est totalement inoffensif. Les études à l’origine de son interdiction en France seraient “anciennes et mal fondées”. Toujours est-il que cette association puissante en Europe (mais pas de producteur français…) n’a pas encore eu le temps de nous livrer ses contre-expertises !

Selon d’autres sources, le TiO2 (dioxyde de titane) serait cancérigène chez l’homme. Le plus cocasse c’est qu’il semble plus dangereux dans les voies respiratoires que dans les voies digestives. Pourtant c’est dans l’alimentation qu’il est interdit (comme sur les chewing gum par exemple).

En tout cas, ses propriétés de filtrations des UV (plutôt de réflexion) sont très reconnues. Il semblerait quand même que des particules dispersées dans l’huile deviendraient volatiles après séchage. Les volumes sont bien sûrs très faibles mais si on peut s’en passer…

Une alternative au TiO2 pour “éclaircir” la teinte apportée par l’huile ?

La couleur des vernis ou des huiles est mesurée sur une échelle allant de 1 à 18 : l’échelle de Gardner. L’huile de tung brute se situe entre 7 et 8 c’est-à-dire un “liquide jaune foncé”. L’addition d’huile d’orange transparente pour confectionner l’huile haute protection fait gagner un peu de clarté dans le bidon. Une fois sur le bois, cela ne change rien.

Je cherche donc une alternative naturelle au dioxyde de titane pour vous proposer bientôt une solution à cette question de la teinte du bois. Je travaille donc avec un passionné sur le sujet : le fameux Pascal Chaillon dont je vous ai promis de raconter sa mésaventure industrielle. Mr Chaillon est le P-DG de la société Colorey, spécialiste des pigments et colorants.

Dès que nous aurons abouti ensemble à un produit fiable et répondant à mes critères, je mettrai à jour cet article avec un lien.

Surtout pas d’huile de lin : histoire d’une catastrophe industrielle…

Je vous le dis souvent : je n’aime pas l’huile de lin ! Pour protéger mon parquet ou mes meubles je préfère l’huile de tung. En discutant avec Mr Chaillon, je lui explique que l’huile de tung est plus stable et moins dangereuse que l’huile de lin.

Et voici ce qu’il me répond :

“30 octobre 2018, soirée d’Halloween. Nous venons de préparer 4 tonnes d’huile de lin pigmentée pour un client. Des chiffons ont été utilisés lors des différentes opérations. Ils sont dans une poubelle du labo. Dans la soirée, 1200m2 de bâtiments s’embrasent. Nos 150 tonnes de stock partent en fumée !

Les pompiers sont appelés rapidement et pensent à une blague de gamins pour Halloween… L’intervention est tardive. Il est trop tard.

L’expert des assurances a conclu que le départ du feu est dû à ces chiffons imbibés d’huile de lin.

Vous comprenez pourquoi je n’en utilise pas ?

Choisir la bonne finition pour protéger mon parquet : les questions essentielles

Vous allez pouvoir maintenant choisir le type de finition qui vous convient pour protéger votre beau parquet massif. Voici quelques questions qui vous aideront à trancher si vous hésitez encore :

  • De quel temps disposez-vous ?

    Si vous êtes pris par le temps, choisissez plutôt un parquet vitrifié ou huilé en usine. Sinon, faites-le vous-même !

  • Quel est votre budget ?

    Suivant les essences, les dimensions et les épaisseurs les prix des parquets massifs varient beaucoup d’un marchand à l’autre. Dans le cas d’une pose collée, ne négligez pas le coût de la colle. En effet, ce poste de dépense peut vite monter à 15€ TTC le m2 ! Sachant également qu’il est prudent de majorer la consommation avancée par le fabricant de 10-15%. Cela évite de se retrouver sans colle avant la fin du chantier… Si vous souhaitez maitriser votre budget, optez pour un huilage “maison” avec de l’huile haute protection Sol-éco par exemple !

  • Finition naturelle ou chimique ?

    Chacun a ses propres niveaux d’exigence. J’ai formulé les huiles Sol-éco avec le plus haut degré d’exigence. Je n’utilise que des matières naturelles, renouvelables et valorisant des cultures alternatives (Tung) ou des sous-produits comme l’huile d’orange issue des peaux. L’huile de Tung est la protection naturelle la plus durable. Aucune autre huile première pression à froid ne rivalise avec ! Et surtout pas l’huile de lin à laquelle il faut ajouter un siccatif ou faire chauffer pour qu’elle durcisse rapidement. Autre point important, l’huile de lin est responsable d’incendie chaque année. Si vous utilisez ce genre de produit (type huile dure danoise), stockez vos chiffons dans un pot en verre fermé ou trempez-les dans l’eau avant de les évacuer. Je vous raconte dans quelques instants la mésaventure de Pascal Chaillon, patron d’une entreprise de la région lyonnaise, avec l’huile de lin…

J’espère vous avoir apporter un maximum d’informations pour vous permettre de profiter pendant de nombreuses années de votre parquet massif en chêne ou tout autre essence (et stocker du carbone !)… Postez vos questions et commentaires sous cet article je vous répondrai avec plaisir !

Bon chantier,

Guillaume Le Penher

25 thoughts on “Comment protéger mon parquet massif ?

  1. Minier dit :

    L’huile est pour moi la solution la meilleure et la plus naturelle. Elle est beaucoup plus facile à passer qu’un vernis notamment sur les zones de passage; sans souci de raccord avec les parties ont déjà été huilées; c’est pour moi la solution la meilleure et la plus naturelle. Elle est plus beaucoup plus facile à passer qu’un vernis notamment sur les zones de passage sans souci de raccord avec les parties déjà huilées.
    Si en plus elle sent bon l’ orange comme celle de Guillaume, c’est encore mieux!

  2. Najib dit :

    Bonjour,

    J ai un parquet en bois naturel tres clair. Il est brut, installe directement par le developpeur immobilier.

    Que puis je faire pour le proteger sans en changer la couleur (claire).

    Un tres grand merci d avance pour vos conseils precieux.

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonjour Najib,
      Merci pour votre commentaire !
      Vous parlez d’un bois très clair. Est-ce du pin blanc, du hêtre clair, de l’érable ?… Chaque bois réagit différemment au huilage. En tout cas, malgré la couleur ambrée de l’huile, le bois n’est que très peu teinté. Pour avoir une idée assez proche du résultat final, vous pouvez passer un chiffon humide sur une zone un peu cachée de votre parquet. Le veinage du bois va ressortir et exprimer toute sa beauté !
      Bien cordialement,
      Guillaume de Sol-éco

  3. Berto dit :

    Bonjour,
    tout d’abord merci pour vos articles qui nous permettent de trouver une solution écologique à moindre frais. Cependant en lisant vos articles je m’interroge sur un point. Pourquoi n’utilisez-vous pas d’huile de lin seule ou dans votre mélange ? Cette huile est pourtant siccative et écologique. De plus elle se trouve facilement et à moindre coût.
    Par avance merci pour votre réponse.
    Cordialement.

    1. Guillaume Le Penher dit :

      J’adore ce genre de questions et je vous remercie de l’avoir posée ! Je me suis interrogé de la même façon en débutant avec les huiles en 2009. Effectivement l’huile de lin est facile à trouver en Europe. De plus, elle est économique. Même si je n’aime pas son odeur, je l’aurais volontiers utilisé. Cependant, elle ne siccative pas naturellement. De plus, elle est sensible aux UV. Il existe des huiles de lin préoxydées qui sont plus stables mais pas siccatives. Ce n’est donc pas par “snobisme” que j’ai finalement opté pour l’huile de Tung 😉
      La différence est réelle. J’ai dû aussi aller au-delà de mes croyances “d’ébéniste français” issu des Compagnons du Devoir. C’est un cheminement technique autant que culturel qui m’a conduit jusqu’au fin fond de la Chine pour sourcer ces huiles pures !

  4. guerin dit :

    bonjour merci pour vos conseils je voulais savoir je viens poser 18 M2 de parquet en pin massif je voulais savoir combien de litre je devrai acheter ?

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonjour Laetitia,
      Avec 2 litres vous devriez faire vos 2 couches de protection. La première consomme beaucoup plus que la seconde 😉
      Pensez à bien “tirer” votre huile afin de bien la répartir. Essuyer le surplus avec un chiffon (vieux jeans ou T-shirt).
      Choisissez l’huile haute protection (diluée avec l’huile d’orange) pour plus de fluidité.
      Je vous souhaite un bon chantier !
      Guillaume de Sol-éco

      1. laetitia dit :

        Merci pour votre réponse si rapide, si je prend 2litres d’huile haute protection combien d’huile d’orangé je doit prendre ?

        1. Guillaume Le Penher dit :

          Si vous prenez de l’huile Haute protection le mélange est déjà fait ! Pas besoin d’en rajouter. Par contre si vous souhaitez appliquer votre huile à la brosse ou au spalter (pinceau très large) vous pouvez prendre 1/4 de litre d’huile d’orange pour nettoyer vos outils.
          Bonne journée,
          Guillaume de Sol-éco

  5. MJo Rouquette dit :

    Bonjour,
    Je vais aménager dans une maison où les parquets sont en chêne massif huilé, et je peins aux pastels secs (donc des poussières de pigments qui tombent au sol). Comment puis-je protéger le parquet (très beau) de ces poussières et couleurs? J’ai pensé à un revêtement plastique transparent épais posé sur le parquet juste à l’endroit de mon espace de travail. Avez-vous des conseils, d’autres idées, solutions… pour maintenir l’état et l’aspect du parquet tout en me laissant la liberté de peindre (ailleurs que dans la cuisine ou la salle de bains :))?
    Je vous remercie

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonjour MJo !
      Ah ! La créativité doit-elle s’exprimer dans un lieu délimité ? 😉
      C’est vrai que les pastels vont immanquablement faire des traces sur le parquet…
      L’idée du plastique transparent me semble raisonnable. Je pense aussi que l’huile d’orange (D-Limonène) nettoierait les traces éventuelles qui se produiraient en dehors de votre “ring” créatif. Je l’utilise pour diluer l’huile de Tung mais également pour nettoyer les pinceaux, pour diluer les peintures glycéro (au lieu du white spirit) ou pour dissoudre les graisses tenaces (style crédence)…
      En espérant que cela puisse vous aider !
      Guillaume

      1. MJo dit :

        Un grand grand merci Guillaume !
        Je conserve précieusement vos conseils sur l’huile d’orange que je ne connaissais pas, ça a piqué ma curiosité 😉 elle pourra être en effet utile autour du “ring” 🙂
        Bien cordialement
        Mjo

        1. Guillaume Le Penher dit :

          Au plaisir MJo !
          Moi aussi j’ai vraiment trouvé cette huile d’orange incroyable quand je l’ai testée pour la première fois !

  6. tEGeneste dit :

    J’ai posé un mur de peuplier et me demande quelle huile utiliser pour le protéger en intérieur? Sans que cela assombrisse ….. merci

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonjour Charlie
      Pour les usages intérieur je recommande l’huile Haute Protection composée d’huile de Tung pure additionnée de 10% d’huile d’orange pour la rendre plus fluide (et aussi pour sa bonne odeur d’agrume !). Sachez que les bois blancs comme le peuplier ou le bouleau ont tendance à blondir avec l’huile et les UV. Cependant l’huile de Tung est plus stable au jaunissement que l’huile de lin.

  7. Guilhem dit :

    Bonjour Guillaume.
    Au sujet de la couleur du peuplier et des UV (encore eux), je vais plaquer des rampants inclinés de toiture en volige de peuplier. En réponse à Charlie vous écrivez ” le peuplier ou le bouleau ont tendance à blondir avec l’huile et les UV”, je me demandais : 1) Est il vraiment utile de huiler des rampants? 2) Savez vous si le peuplier jaunit moins au contact des UV lorsqu’il n’est pas huilé ?

    Et au sujet des parquets : Nous allons poser au sol des chambres des parquets en chêne pour l’une, et châtaigner pour l’autre… dans un gîte ! Nous imaginons que certains clients ne prendront pas d’aussi grandes précautions que nous… Question nettoyage, est-ce que des parquets huilés “tung/orange” peuvent-être nettoyés régulièrement (1 à 2 fois par semaine) avec aspirateur et serpillère (eau savonneuse / produits écologiques) ?
    Toujours dans le gîte, Dans une salle de bain, pour un parquet en acacia ou bambou (non encore défini), l’huile de Tung/orange est elle préconisée et efficace (notamment devant la sortie de douche)?

    Enfin, toujours au sol mais sur de la pierre naturelle calcaire. Je sais bien que vous n’êtes pas maçon ni carreleur, mais je suis au début de mes recherches d’un produit qui comme l’huile de Tung protègerait ce matériaux tout en le laissant perspirer. Avez vous des infos en ce sens, fait des tests.

    Par avance, je vous remercie de vos réponses.
    Guilhem V

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonjour Guilhem,
      Si vos rampants ne sont pas accessibles au toucher (mezzanine) alors en appliquant la Loi de Pareto (80/20), je les laisserai bruts. Car vous seriez dans le cas 80% d’effort pour 20% d’efficacité 😉
      Je n’ai d’information précises au sujet du jaunissement avec ou sans huile. Toutefois, je pense que ça ne change pas beaucoup les choses car c’est la lignine du bois qui est modifiée par les UV (comme le papier journal).

      Question entretien parquet huilé avec l’huile haute protection Sol-éco (Tung et orange) : Oui ce type de finition est adapté aux surfaces sollicitées. Elle résiste bien mieux que la cire ou la vitrification que je vous déconseille complètement dans votre cas. Mes parents ont également un gîte en duplex avec escalier et parquet en pin à l’étage et ils sont très satisfaits de la finition huilée. Mon père repasse un peu d’huile au chiffon après la pleine saison, comme ça l’huile a le temps de sécher tranquillement. Allez-y quand même mollo sur le lavage à grande eau ! Ce n’est pas un pont de bateau non plus ! Une serpillière humide mais non dégoulinante suffit 😉
      Parquet bambous dans la salle de bain : là, j’éviterai. Le bambou est quand même sensible à la moisissure. Vous risquez d’avoir des tâches noires en sortie de douche si l’eau stagne régulièrement sur le sol. Ce sera certainement pareil pour l’acacia.
      Pour la pierre calcaire : Je n’ai jamais essayé mais des clients utilisent l’huile haute protection pour des tomettes anciennes. Je leur recommande un mélange avec plus d’huile d’orange pour que ce soit plus fluide (30 à 50% d’orange).
      Bon chantier !
      Guillaume

  8. Guilhem dit :

    Merci Guillaume pour la précision de vos réponses… Ah je vais me re-renseigner pour les planchers de salle de bain, mais j’avais cru comprendre que c’est 2 essences était adaptée.
    Un petite dernière pour la route, même si j’imagine déjà la réponse. Avez vous tester de protéger des plans de travail de cuisine (à proximité de la cuisson, de l’évier…), en bois massif. Quel entretien nécessitent t’ils une fois huilés? Cette huile de Tung est elle magique au point d’être adaptée là aussi ? Merci

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Oui Guilhem ces 2 essences sont adaptées mais je sais par expérience que très peu de bois aiment VRAIMENT les zones humides et confinées et les supportent sans noircir pendant des années. Tout est une question de bon sens. Si on n’entretient pas ses outils, ils ne nous rendent plus le service que l’on attend d’eux 😉
      C’est donc la même logique pour les abords de l’évier de la cuisine. L’huile de tung fonctionne très bien… jusqu’à un certain point. Si l’eau stagne des nuits entières après la vaisselle du soir, je ne donne pas cher de l’intégrité de la finition. C’est d’ailleurs pareil si vous optez pour du vernis ou de la lasure.
      En résumé : l’huile de Tung est adaptée à ces usages mais l’eau est un ennemi redoutable ! Il faut repasser un chiffon imbibé 1-2 fois par an suivant votre usage. Ce qui évite un ponçage complet si vous passez au vernis/lasure 😉

  9. Guilhem dit :

    Bonjour Guillaume,
    Encore merci pour vos dernières réponses.
    J’ai re-parcouru votre site ce soir, persuader d’y retrouver un article du type “comparatif” huile tung et huile de lin… ou du moins récapitulant les arguments qui vous font préférez l’huile de tung. Ai-je rêver la dernière fois ou mal chercher ce coup-ci ?

    Une fois le nivelage de la toiture, la pose d’isolant et d’une volige intérieure, j’ai réussi à conservé en apparent certains bois en chêne de ma charpente, Je me demandais si les huiler permettrait d’éviter leur aspect poussiéreux?! (sachant que je n’ai pas trouvé encore de technique de “décapage/ponçage” qui m’aille vraiment…)

    Enfin toujours au sujet des rampants (ici volige large de peuplier, sortie d’une 4 faces), faut il les poncer avant de les huiler ?

    Merci

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonjour Guilhem
      Je parle par-ci par-là de la comparaison Tung/Lin mais pas de manière assez complète ! Je vais y revenir plus en détail dans un prochain article 😉
      Pour de la charpente, pas besoin de poncer.
      Par contre je ne comprends pas la question sur “l’aspect poussiéreux” ?
      Guillaume

  10. Guilhem dit :

    Bonsoir.

    Oui en fait plus qu’un “aspect” poussiéreux, il s’agit vraiment de poussière déposée depuis des temps lointains et par le chantier de rénovation. J’ai beau passer la soufflette à air comprimé… il en reste toujours… pas mal ! Notre charpente en chêne est vraiment ancienne, équarrie à la main elle comporte encore pas mal de zone d’écorce plus ou moins “effilochée”, de l’aubier plus ou moins attaqué … Bref une belle charpente dans “son jus “. C’est très chouette, mais dans les futures salle de bain/chambres, je voudrai pas que ça “poussière” trop ?!

    J’ai essayé pour purger ces zones, de décaper à la bosse à main et rotative, à la turboplane ou à la ponçeuse, mais les résultats sont esthétiquement relatifs ! Je me demandais si un huilage après un gros nettoyage/souffflage/aspi’rage’, ne “fixerai” pas les poussières résiduelles à la charpente… (désolé pour la digression mais j’ai pas trouvé votre article “comment protéger ma charpente en bois massif” 😉
    Encore merci.
    Guilhem

    1. Guillaume Le Penher dit :

      🤣🤣🤣 !
      Oui c’est vrai Guilhem que je n’ai pas “encore” écris cet article sur la charpente-en-chêne-dans-son-jus ! je vais y penser….
      Blague à part, oui, l’huile de tung va coller toutes ces poussières en séchant. Il y aurait probablement un effet “papier de verre” mais si aucune main ne peut effleurer cette charpente alors ce n’est pas gênant !
      Bon chantier,
      Guillaume

  11. Esmiol dit :

    Bonjour,
    Peux-t-on nettoyer un parquet massif huilé avec un nettoyeur vapeur ?
    Je vous remercie,

    1. Guillaume Le Penher dit :

      Bonsoir Edwige,
      Quel que soit le type de parquet (stratifié, massif, huilé, pose flottante…) il n’est pas recommandé d’utiliser un nettoyeur vapeur. Préférez-lui un balai/serpillère microfibre imbibé d’un peu d’eau savonneuse en cas de gros nettoyage. Pour le ménage régulier, utilisez la microfibre à sec.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.