Publié le

Comment protéger mon parquet massif ?

Comment protéger mon parquet en bois massif ?

Comme moi, vous aimez certainement les parquets massifs.

Pin, chêne, châtaigniers (pour éloigner les araignées paraît-il…), noyer (la classe !) et maintenant bambou. Avec les parquets massifs, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Je ne parle bien sûr pas de teck ou de merbau à proscrire car la traçabilité et la durabilité de la ressource restent souvent trop incertaines.

Qu’il soit collé ou cloué sur lambourdes votre parquet massif apporte une touche chaleureuse à votre intérieur. De plus, un beau parquet valorise votre maison ou votre appartement. Bien entretenu, le parquet massif est un revêtement durable et écologique. Comme je reçois beaucoup de questions à propos de la protection et de l’entretien du parquet, il est temps que je partage avec vous mon point de vue (en toute subjectivité mais forgé au long de 25 ans de travail du bois…).

Alors, voici LA QUESTION EXISTENTIELLE qui revient sans cesse :

« Comment protéger mon parquet massif ? Avec de l’huile ou un vitrificateur ?… »

1/Petit retour en arrière…

Je me souviens de mon enfance où l’on « patinait » le dimanche avec de la paille de fer sur le parquet « petits bois » en châtaignier du salon… Ensuite, mon père passait de la cire liquide dont l’odeur de térébenthine se répandait dans la maison. Puis, deuxième séance de patinage avec un vieux pull de laine cette fois !

Vous aussi, vous avez connu cela chez vos parents ou vos grands-parents ?… Le grand avantage de cette technique un peu désuète résidait dans la possibilité de gratter la surface ponctuellement ou totalement afin d’enlever une tâche, un coup ou une griffure.

Par contre, la glissance était élevée. Cela permettait de belles figures acrobatiques avec les chaussons en feutre… et des rétablissements douloureux dans les escaliers ! Mes gencives se souviennent encore des échardes de sapelli enlevées une à une par le dentiste. Ouille !

Aujourd’hui, fini la cire ! Sauf peut-être dans les châteaux et chez mamie (n’oubliez pas les patins ;)). Les 2 techniques les plus populaires (et efficaces) pour protéger son parquet massif sont le huilage et la vitrification.

2/ La vitrification

Commençons par la vitrification. Il en existe 2 types :

  • La vitrification d’usine
  • La vitrification que vous faites chez vous

Cette protection de surface est plus dure que le vernis. C’est un produit à base de solvants en phase aqueuse. Dans le cas d’une vitrification d’usine, le seul choix que vous aurez éventuellement est le niveau de gloss (de brillance) de votre finition. Le niveau de brillance est régit par la norme NF EN ISO 2813. Comme toutes les normes bien faites, il faut débourser plusieurs dizaines d’euros pour avoir l’honneur de déchiffrer le texte officiel… Alors oublions-le !

Suivant les fabricants, votre vitrification pourra aller du mat au brillant extrême (plus rare de nos jours). Vous sentirez une bonne différence de prix par rapport à un parquet brut et c’est logique. Le grand avantage de ce choix est la rapidité et la facilité de mise en œuvre. Votre parquet est circulable 24 heures après la pose (suivant le type de colle utilisé). Par contre, malgré des produits de plus en plus performants en terme de résistance à l’abrasion, un parquet vitrifié reste fragile.

Parquet bambou massif vitrifié en usine

Vous pouvez décider d’acheter un parquet brut, moins cher, et le vitrifier vous-même. Dans ce cas, après la pose de votre parquet (collé ou cloué), vous devrez poncer à la bande ou à la ponceuse de parquet l’ensemble de votre surface. Attention, si vous utilisez une grosse ponceuse à parquet que vous aurez louée :

  • Poncez dans le sens des fibres (sauf en cas de ponceuse circulaire ou excentrique)
  • Descendez progressivement en grain (par exemple 80, 150, 240)
  • finissez les angles et recoins soit à la main, soit avec une ponceuse à main type “orbitale”.
  • aspirez soigneusement avant de vitrifier

Appliquez ensuite le vitrificateur en suivant les recommandations du fabricant.C’est un travail long et fastidieux mais le résultat est flatteur.

Au bout de quelques années, si l’on n’en prend pas assez soin, il faut recommencer le processus : ponçage au 150 puis 240, dépoussiérage, vitrification. Et si jamais le procédé vous ennuie, vous pouvez alors opter pour une solution plus souple… Le huilage !

3/ L’huile pour protéger mon parquet

Si vous avez déjà lu d’autres articles de ce blog (comme par exemple celui sur l’huile de Tung) vous avez déjà compris que je suis très attaché aux solutions naturelles et efficaces ! Vous aussi probablement et c’est la raison pour laquelle vous êtes encore là !

Comme dans la vitrification, vous avez 2 possibilités. Soit vous achetez votre parquet déjà huilé, soit vous le faites vous-même. Dans le cas d’un parquet huilé en usine, vous n’aurez pas le choix du type d’huile utilisé par le fabricant. Il s’agit généralement d’huile dure à base d’huile de lin préoxydée et de divers produits pétroliers. Vous obtiendrez une surface légèrement satinée et plutôt agréable. Par contre, ce type de protection n’a pas grand chose de naturel. De mon point de vue (forcément subjectif !), ces produits tiennent plus de la tambouille de chimiste que du produit naturel. Ils représentent tout ce que j’ai fuis en créant Sol-éco. La complexité de leur formulation est issue de la recherche de marges commerciales. Attention, je ne dis pas que ces huiles ne sont pas efficaces ! Simplement, si vous cherchez un produit naturel pour protéger votre parquet massif continuez plutôt votre lecture…

huile pour bois haute protection 1L
Huile Sol-éco pour protéger votre parquet en bois massif

Oubliez donc les huiles dures (danoises et autres) et optez pour une véritable protection écologique à base d’huile de tung pure, première pression à froid (comme l’huile d’olive !). L’huile de tung (ou huile d’abrasin pour “nos cousins de la fesse gauche” du Québec) protège durablement le bois et donc votre parquet. En effet cette huile issue d’une graine siccative naturellement. Elle sèche tout en laissant respirer le support, un peu comme un tissu Gore-tex. Un autre avantage de cette huile pour protéger votre parquet est sa facilité de reprise. En cas de tâche ponctuelle ou de griffure, vous pouvez revenir au bois brut facilement. Vous pouvez alors huiler à nouveau sans craindre une différence de teinte contrairement aux huiles dures.

4/ Comment procéder ?

La préparation de votre parquet est toujours primordiale quelque soit le type de finition pour lequel vous optez. Dans le cas du huilage avec l’huile Sol-éco, vous pouvez arrêter votre ponçage au grain de 180. Dépoussiérez soigneusement votre parquet. Commencez à huiler du fond de votre pièce vers l’entrée. Pour appliquer l’huile, en fonction de la taille de votre surface je vous conseille plusieurs techniques.

  • Vous pouvez utiliser une brosse large ou un rouleau pour la première couche. Vous gagnerez du temps pour imprégner votre parquet mais il y a une chose à respecter IMPÉRATIVEMENT : n’appliquez jamais une couche d’huile épaisse. Ce n’est pas une vitrification ! Essuyez soigneusement tout le surplus d’huile. N’essayez pas de saturer le bois à la première passe. Procédez par petites surfaces en tirant l’huile au maximum avec votre brosse ou votre rouleau. Si vous ne respectez pas cette règle, l’huile ne sèchera pas, fixera les poussières en suspension et vous consommerez trop de produit. Cette méthode n’est valable que pour la première couche.
  • Je vous conseille sinon d’utiliser un chiffon de coton (type “vieux T-shirt). Faites couler un peu d’huile Sol-éco sur votre parquet puis étalez-là en faisant des mouvements circulaires. C’est un peu plus long mais vous ne risquez pas d’avoir une mauvaise surprise à la fin. Souvenez-vous : tirez bien le film d’huile. Laissez pénétrer 24 heures avant de passer la seconde couche selon le même procédé.
  • Comme les autres produits, l’huile est sensible à l’hygrométrie et à la température. Trop froid (en dessous de 10°C), trop humide (il pleut des cordes dehors), remettez votre travail à des jours meilleurs !
  • Pour savoir si votre parquet est protégé correctement, vous pouvez laisser tomber une petite goutte d’eau dessus. Si la goutte s’écrase et pénètre le bois, repassez une couche (vous pouvez diluer cette couche avec 5% d’huile d’orange). Si la goutte reste en perle, votre huilage est efficace.
  • Avant de remettre le parquet en service, il est conseillé d’attendre au moins 48 heures. Si vous ne pouvez patienter (c’est souvent mon cas !), divisez votre espace en 2. Vous huilerez la seconde partie lorsque la première est circulable.

Je compare souvent le temps de séchage complet de l’huile à une chape en béton. On dit qu’une chape met 3 semaines pour être sèche à cœur. Il en va de même pour l’huile. Toutefois, vous pouvez quand même vivre dans votre pièce avant l’expiration de ce délai !

Parquet chêne massif protégé avec l’huile Sol-éco

5/ Conclusion

Pour récapituler cet article, voici ce qu’il faut savoir avant de choisir comment protéger votre beau parquet massif :

  • De quel temps disposez-vous ? Si vous êtes pris par le temps, choisissez plutôt un parquet vitrifié ou huilé en usine. Sinon, faites-le vous-même !
  • Quel est votre budget ? Suivant les essences, les dimensions et les épaisseurs les prix des parquets massifs varient beaucoup d’un marchand à l’autre. Dans le cas d’une pose collée, ne négligez pas le coût de la colle. En effet, ce poste de dépense peut vite monter à 15€ TTC le m2 ! Sachant également qu’il est prudent de majorer la consommation avancée par le fabricant de 10-15%. Cela évite de se retrouver sans colle avant la fin du chantier… Si vous souhaitez maitriser votre budget, optez pour un huilage “maison” avec de l’huile haute protection Sol-éco par exemple !
  • Finition naturelle ou chimique ? Chacun a ses propres niveaux d’exigence. J’ai formulé les huiles Sol-éco avec le plus haut degré d’exigence. Je n’utilise que des matières naturelles, renouvelables et valorisant des cultures alternatives (Tung) ou des sous-produits (huile d’orange issue des peaux).

J’espère vous avoir apporter un maximum d’information pour vous permettre de profiter pendant de nombreuses années de votre parquet massif (tout en stockant du carbone !)… Postez vos questions et commentaires sous cet article !

Amicalement,

Guillaume Le Penher