Huiler et protéger le bois

6 questions fréquentes sur l’huile de Tung

loupe d'enfant sur parquet chêne, questions fréquentes sur l'huile de Tung

L’huile de Tung (prononcez “tongue”) gagne en popularité en ce moment. Je reçois de plus en plus de questions par mail, par téléphone ou en commentaires sur son utilisation, son origine ou ses propriétés. Pour que tout le monde puisse bénéficier de mes réponses, j’ajoute souvent manuellement ces échanges dans la faq. J’ai déjà fait un long article sur l’huile de Tung, mais je me rends compte qu’il est plus généraliste, botanique et historique. J’ai donc décidé aujourd’hui de répondre aux 6 questions les plus fréquentes que vous vous posez sur l’huile de Tung.

  • Est-ce que l’huile de Tung teinte le bois ?
  • Quel rendu final vais-je obtenir ?
  • Comment appliquer l’huile de Tung ?
  • Combien de couches dois-je passer ?
  • Quel est le temps de séchage de l’huile de Tung ?
  • Comment calculer ma consommation d’huile ?

Je réponds à chacune de ces questions sur l’huile de Tung dans la suite de cet article et également dans la vidéo ci-dessous publiée sur la chaine YouTube de Sol-éco. Abonnez-vous à la chaine dès maintenant pour être prévenu en premier lors de la mise en ligne de la prochaine vidéo 😉

Abonnez-vous !

1/ Est-ce que l’huile de Tung teinte le bois ?

C’est une des questions sur l’huile de Tung qui revient le plus souvent. J’en suis toujours étonné car pour moi, chaque pièce de bois a sa propre teinte, densité et son propre grain issu de son histoire (sol, accès à l’eau et à la lumière…). J’aime cette diversité au sein d’une même essence.

L’huile est d’une couleur ambrée. Si on en mettait l’épaisseur d’un vernis, cela donnerait certainement une teinte un peu caramel au bois. Comme l’huile doit être appliquée dans la majeure partie des cas avec parcimonie, elle ne fonce pas le bois. Il y a quand même quelques nuances à apporter. Tout d’abord, les bois clair (pin, bouleau, peuplier, érable…) ont tendance naturellement à jaunir sous l’effet des UV. Qu’ils soient vernis ou huilés, rien arrête dans le temps la puissance de ces rayonnements.

Regardez la vidéo pour comparer le résultat du huilage sur des échantillons de chêne, de bouleau, de pin et de bambou.

Dans le cas où vous souhaitez obtenir une teinte particulière, faites la teinte sur le bois brut puis huilez. Dans tous les cas, assurez-vous d’avoir assez de teinte pour l’ensemble de votre surface. C’est comme le carrelage, selon, les lots le résultat peut être différent. Procédez toujours à un essai de teinte sur une chute. Suivez les indications d’emploi du fabricant de votre teinte. Un bon plan si vous souhaitez vous procurer une teinte de qualité professionnelle : les ébénistes-restaurateurs se fournissent encore chez Laverdure, une des dernières entreprises du Faubourg Saint-Antoine à Paris.

2/ Quel rendu final vais-je obtenir ?

Vous souhaitez garder la teinte naturelle de votre bois (parquet, meuble, plan de travail…) ? Vous vous demandez quelle couleur va t’il prendre après huilage ? Comme vous me posez souvent cette question par rapport à l’huile de Tung, je vous propose ma petite astuce…

Vous pouvez facilement faire un test simple chez vous, directement sur votre bois. Prenez une éponge humide et passez-la sur votre surface. La couleur obtenue sera très proche du résultat du huilage. Je ne prends pas en compte l’éventuel jaunissement futur (bois clairs) liés aux UV car cela dépend de beaucoup de facteurs (exposition, lumière, volets ou pas…). Pensez bien à reponcer votre surface test après séchage car l’eau aura relevé les pores du bois et rendu la surface rugueuse.

Regardez la vidéo pour comparer le résultat du mouillage par rapport au huilage sur des échantillons de chêne, de bouleau, de pin et de bambou.

La finition huilée est mat voire très légèrement satinée. Le rendu final dépend aussi du grain et de la densité du bois ainsi que du ponçage. Par exemple, si vous finissez votre plan de travail au grain de 180 ou de 320, votre résultat sera différent. Plus vous polissez votre bois plus douce et soyeuse sera la finition.

3/ Comment appliquer l’huile de Tung ?

Tout dépend de la taille de votre projet ! Si vous avez un petit objet en bois à protéger ou 200m2 de bardage en Shou Sugi Ban à huiler, ce n’est évidemment pas le même chantier. Un autre facteur est le relief éventuel de votre surface.

  • Si vous avez des parties sculptées, creuses ou difficiles d’accès, je vous recommande d’utiliser un pinceau ou une brosse large.
  • Pour une surface lisse type plan de travail bien poncé, dessus de meuble, j’utilise un chiffon en coton pour déposer des couches fines qui durcissent plus vite et ne prennent pas la poussière en séchant.
  • Pour des projets plus grands type parquets en bois massif ou bardages sans profils, vous pouvez utiliser un rouleau ou un spalter large.

Dans tous les cas en intérieur, pensez à ré-essuyer au chiffon la couche d’huile pour éviter les surplus.

4/ Combien de couches d’huile de Tung dois-je appliquer ?

Généralement 2 couches suffisent pour bien protéger votre support. Dans certains cas plus extrêmes comme la protection du bois en extérieur, vous pouvez passer une troisième couche pour augmenter la longévité. Comme l’huile de Tung que je vous propose est naturelle et non catalysée (ben oui ! Elle sèche naturellement contrairement à l’huile de lin…), vous pouvez reprendre facilement et sans trace le huilage de zones plus sollicitées. Ce n’est pas possible avec les huiles dures danoise très catalysées (et donc instables et facilement auto-inflammables).

Si vous appliquez votre huile au chiffon, vous pouvez le conservez quelque temps (pas plus de 15 à 21 jours, après il durcit) dans un pot en verre pour ralentir son séchage. Le fait que mon huile ne soit pas catalysée la rend moins dangereuse que les huiles modifiées. Les chiffons ne chauffent pas à cause de la réaction chimique entrainée par le catalyseur. Des ateliers et des garages ont déjà brûlé à cause d’huiles catalysées et de chiffons qui prennent feu ! Faites très attention si vous faites vos propres tambouilles en mélangeant différents produits. Je ne le vous recommande clairement pas et vous conseille d’utiliser mes huiles telles quelles.

Les pinceaux et les brosses peuvent être nettoyés à l’huile d’orange dans un pot en verre que vous refermez après usage pour conserver votre huile d’orange et la réutiliser. L’huile d’orange garde les poils des pinceaux et spalter soyeux, contrairement à l’acétone qui les sèche.

5/ Quel est le temps de séchage de l’huile de Tung ?

Généralement, j’ai tendance à dire que c’est comme le béton : sec à cœur en 21 jours. Ne vous inquiétez pas, cela ne veut pas dire que votre pièce est condamnée pendant 3 semaines et que vous ne pourrez pas marcher sur votre parquet d’ici là ! En fait, le secret c’est de faire des couches fines pour qu’elles sèchent plus vite. En effet, le séchage de l’huile se fait par oxydation au contact de l’air.

L’avantage par rapport à un vernis, une lasure ou un vitrificateur, c’est que vous pouvez quand même circuler ou utiliser votre surface rapidement. Quand j’ai commencé à utiliser l’huile de Tung pour mes meubles, un des premiers avantages était que je pouvais faire les livraisons dès le lendemain du huilage. Avec un vernis, il fallait que j’attende plusieurs jours afin qu’il soit dur et que les solvants principaux soient évaporés (dans l’air de mon atelier 😉 ). C’est pas très vendeur d’arriver avec une belle table de repas en érable massif qui empeste les solvants !

Généralement l’huile est sèche au toucher en quelques jours mais vous pouvez utiliser votre meuble ou circuler sur votre sol rapidement sans endommager la finition.

6/ Comment calculer ma consommation d’huile ?

Voici une autre question sur l’utilisation de l’huile de Tung très fréquente car elle détermine votre quantité à commander. En utilisant de l’huile de Tung pure ou simplement affinée à 10% d’huile d’orange (comme avec l’huile Haute Protection de la boutique) , vous bénéficiez de toutes ses qualités protectrices. Aucun produit de grandes surfaces de bricolage ne garantit cette teneur en huile.

Il faut savoir que la première couche “boit” plus que la seconde car votre support brut doit être imprégné. La consommation varie selon les essences (plus ou moins poreuses) et suivant la manière dont vous “tirez” le film d’huile.

En moyenne, avec 1 litre, vous couvrez 12 à 15m2 pour la première couche en intérieur. La seconde est moins gourmande et vous permet de couvrir 15 à 20m2.

A l’extérieur, on garde des couches plus grasses (sans pour autant tartiner le support !). La consommation est donc supérieure. Comptez 8 à 12m2 avec 1 litre pour être tranquille. 8m2 par litre, c’est plutôt le rendement constaté pour un Shou Sugi Ban avec une couche carbonée très épaisse et qu’on souhaite gorger d’huile pour la rendre plus durable et plus propre. Donc si vous avez du mobilier à protéger, tablez sur 10-12m2 par litre d’huile de Tung. Dans tous ces cas, préférez l’huile pure Tung (sans huile d’orange).

7/ Vous avez d’autres questions sur l’huile de Tung ?…

Avec cet article, j’espère avoir répondu assez clairement à vos questions les plus fréquentes sur l’huile de Tung. Je souhaite aussi vous avoir donné envie d’utiliser cette huile naturelle pour protéger vos bois en intérieur comme en extérieur. Elle est facile d’utilisation et extrêmement efficace, parole de professionnel 😉

Et s’il vous reste encore des questions sur cette huile de Tung, posez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir !

Bon chantiers !

Guillaume de Sol-éco

Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
author-avatar

About Guillaume Le Penher

Ébéniste, verrier, designer et entrepreneur. Depuis ma formation initiale chez les Compagnons du Devoir, le virus du voyage ne m'a jamais quitté !

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.